Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 janvier 2006 2 24 /01 /janvier /2006 12:52
Pour 6 personnes
Préparation : 10 minutes
 
Ingrédients :
-          12 tranches de saumon fumé
-          6 petits fromages de chèvre frais
-          ½ concombre
-          6cs d’huile d’olive
-          1/2cs de baies roses concassées
-          4 tiges de basilic
-          6cc d’œufs de saumon
-          Fleur de sel
-          Poivre du moulin
 
Aujourd’hui, j’ai décidé de vous faire part d’une recette à la fois extrêmement simple (aucune préparation réelle), et très raffinée… De quoi ébahir vos invités en toute simplicité.
 
1/ Lavez et séchez le concombre. Coupez-le en petits bâtonnets. Coupez les fromages de chèvre en deux dans l’épaisseur. Taillez les tranches de saumon fumé en deux.
 
Pour le concombre, vous n’êtes pas obligés de faire des petits bâtonnés. Quand il faut faire cette entrée pour peu de personnes, vous pouvez opter pour des tagliatelles de concombre, c’est d’un très bel effet. Il vous suffit de couper votre concombre en deux, puis de faire des fines lamelles dans la longueur à l’aide d’un couteau économe…
 
2/ Répartissez le saumon en corolle dans six coupelles. Garnissez le centre des coupelles de concombre et de chèvre frais.
 
Il s’agit en fait de présenter votre salade en différentes couches. Choisissez bien des coupelles transparentes, car le visuel est très important dans cette entrée. Vous pouvez également choisir de la faire dans des verres, c’est très tendance en ce moment, mais ils doivent être assez larges (coupes à champagne par exemple)…
 
Pour ce qui est du chèvre frais, je trouve ça plus joli et plus agréable à manger s’il est émietté, plutôt que simplement coupé en deux.
 
3/ Salez, poivrez, arrosez d’huile d’olive et parsemez de baies roses. Ajoutez les œufs de saumon, décorez de feuilles de basilic et servez immédiatement avec des minis blinis tièdes.
 
À défaut d’œufs de saumon, des œufs de lumpes feront parfaitement l’affaire (rouges de préférence, pour le côté esthétique).
 
Si le saumon est bien recouvert, vous pouvez les garder un peu au réfrigérateur, le temps de prendre l’apéritif, par exemple, histoire de ne pas être en cuisine quand vos invités savoureront ce que vous leur aurez préparé pour l’apéro….
 
Je sers cette salade en entrée quand je fais un plat copieux pour la suite du repas, car elle est fraîche et légère, tout en étant raffinée, ce qui permet à vos invités de manger également la suite avec plaisir…
 
 
La recette (en gras) est tirée de Cuisine d’été (éditions Clorophyl, p.79)
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Entrées
commenter cet article
23 janvier 2006 1 23 /01 /janvier /2006 13:43
Pour 6 à 8 personnes
Préparation : 30 minutes
Cuisson : 55 minutes à 1 heure
 
Ingrédients :
Pour la garniture :
-          5 œufs
-          500g de chou blanc
-          400g de filets de merlan
-          1 bouquet d’aneth
-          1 gousse d’ail
-          1 blanc de poireau
-          15cl de crème fraîche
-          Sel, poivre
 
Pour la pâte :
-          500g de pâte feuilletée surgelée ou réfrigérée
-          Farine pour le plan de travail
-          Beurre pour la plaque
-          1 œuf pour dorer
 
Après un week-end reposant, j’attaque la semaine avec une recette un peu plus élaborée… Il faut prévoir du temps, de la place, et ne pas avoir peur de faire plusieurs choses à la fois…
 
1/ Faire cuire les œufs 10 minutes à l’eau bouillante salée. Passez-les sous l’eau froide, écalez-les et hachez-les grossièrement.
 
Comme je vous l’ai déjà dit, pensez à bien lire l’intégralité de votre recette avant de débuter, et ce, surtout si la recette est longue. En effet, si vous faites point par point, ce ne sera pas 30 minutes, mais 1h30 que vous mettrez à la réaliser…
 
2/ Retirez le trognon et les feuilles abîmées du chou. Coupez-le en quartiers et lavez-le. Faites-le blanchir 15 minutes à l’eau bouillante.
 
Vous pouvez en effet faire bouillir vos œufs en même temps que votre chou blanchit, car c’est en fait ce qu’il y a de plus long dans la préparation. Et pendant ce temps, vous vous attaquez au reste…
 
Si vous n’avez pas de couteau adéquat, pensez à avoir un gros bras à vos côtés pour couper le trognon du chou, puis le couper en quartier… Personnellement, j’ai du mal à le faire moi-même, à moins de mettre un temps fou….
 
3/ Égouttez-le dans une passoire. Laissez-le refroidir avant de bien le presser avec les mains afin d’en retirer le maximum d’eau. Hachez-le grossièrement.
 
À tous les réticents du chou pour cause de mauvaise digestion, sachez que le fait de le blanchir avant sa réelle cuisson la facilite. C’est en effet de cette manière que les composés soufrés du légume vont s’évaporer : ils sont la cause de notre mauvaise digestion, ainsi que de l’odeur qui se répand lors de sa cuisson… (Au passage, grâce à ses nombreuses fibres, il facilite notre transit intestinal, alors pourquoi une telle réputation ???)
 
4/ Émincez les filets de merlan. Lavez, épongez et hachez l’aneth. Épluchez et écrasez l’ail. Coupez le blanc de poireau en fines rondelles.
 
Si vous trouvez le merlan trop cher, n’importe quel filet fera l’affaire, car il se fond dans les autres ingrédients, et n’est donc pas reconnaissable réellement.
 
Plutôt que de l’émincer, je choisis de le passer au hachoir. De cette manière, il se mêle davantage. J’aime bien dans ce genre de préparation (comme pour les samossas par exemple), que les ingrédients ne fassent plus qu’un…
 
5/ Mettez tous ces ingrédients dans un saladier, ajouter la crème. Salez et poivrez, puis mélangez délicatement.
 
Le mieux est de faire ces deux étapes pendant que votre chou blanchit…
 
6/ Sur un plan de travail fariné, étalez la pâte au rouleau en une plaque de 30x40cm.
 
Là, j’avoue ne pas comprendre cette méthode… Puisque vous avez une pâte toute faite, pourquoi vous embêter à en modifier l’aspect ? Votre chausson sera circulaire au lieu de carré, ce qui est bien plus joli je trouve…
 
7/ Disposez la garniture sur une moitié de la pâte en laissant tout autour un bord libre de 1 centimètre. Enduisez le pourtour de la pâte avec un peu d’eau.
 
Il en est de même pour deux ingrédients à supprimer, selon moi : la farine pour le plan de travail et le beurre pour la plaque. Les pâtes toutes faites sont en effet vendues avec un papier sulfurisé. Gardez-la dessus pour la cuisson, tout simplement…
 
8/ Repliez la pâte non garnie par-dessus la farce. Soudez les bords en appuyant très légèrement avec les dents d’une fourchette.
 
Les pâtes toutes faites sont vendues par rouleau de 230 à 250 grammes. Il vous en faut donc 2 pour votre chausson. Placez en une sur votre plaque. Mettez la garniture sur la totalité (sauf 1cm sur les bords). Recouvrez de votre seconde pâte et fermez comme indiqué…
 
Si vous souhaitez faire votre chausson pour moins de personnes, divisez vos ingrédients… Si vous n’avez besoin que d’une pâte, vous aurez alors un chausson en demi-cercle, en ne mettant la garniture que sur une moitié, et en rabattant l’autre côté dessus…. Un très joli effet garanti…
 
9/ Posez le chausson sur la plaque du four beurrée. Dorez-le à l’œuf battu avec un peu d’eau.
 
À défaut d’œuf (on ne sait jamais), ne paniquez pas, pensez à mettre très légèrement de la margarine dessus, cela dorera tout aussi bien, et cela n’est pas plus compliqué…
 
10/ Faites cuire au four (210°, th.7) 25 minutes. Baissez la température à 150°, th.5 et poursuivez la cuisson 30 à 35 minutes. Le chausson doit être doré.
 
Attention, lorsque vous lisez ce genre d’indications de cuisson, il faut davantage surveiller votre chausson que de s’en tenir aux indications… La seule indication à bien garder en mémoire, c’est que votre chausson doit être doré… Si votre four est en effet aussi puissant que le mien, un total d’une quarantaine de minutes suffiront, ce qui n’a rien à voir avec les 55 / 60 minutes estimées…
 
11/ Servez chaud accompagné d’une salade de choux cru et de carottes râpées.
 
C’est en effet un régal pour les yeux comme pour les papilles… Mélanges de saveurs et de couleurs, de cru et de cuit… Pour une note plus originale, faites une vinaigrette avec du vinaigre de riz pour le chou, vous retrouverez alors une petite note asiatique salée-sucrée très douce… Pensez par contre bien à faire mariner vos crudités avant de servir, que la vinaigrette ait bien eue le temps de s’imprégner…
 
Je sers ce plat pour un repas hivernal et convivial, accompagné de crudités, comme proposé dans la recette.
 
 
 
La recette (en gras) est tirée du classeur Gourmandises familiales (tartes salées et pâtés en croûte, fiche 13).
 
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Plats principaux
commenter cet article
20 janvier 2006 5 20 /01 /janvier /2006 16:42
Ingrédients :
-          3 œufs
-          170g de sucre semoule
-          150g de farine
-          1/3 sachet de levure
-          150g de beurre demi sel
-          1 belle pomme golden
-          1 pincée de cannelle
 
Pour finir la semaine, j’ai décidé de vous faire partager une recette de cake. Une fois que vous avez la base, vous pouvez modifier cette recette à souhait : changer de fruit, d’arôme, d’épice….
 
Préchauffez votre four à 180°C (thermostat 6).
Dans un saladier, fouettez les œufs avec le sucre. Incorporez la farine, la levure et la cannelle. Faites fondre le beurre et versez-le dans la pâte. Remuez bien.
 
Hormis la cannelle, vous avez là la base de tout cake… À vous maintenant d’être créatifs…
 
Pelez la pomme et râpez-la au-dessus de la préparation. Mélangez.
 
Contrairement à une pomme en morceaux, la pomme râpée va s’intégrer totalement à la pâte, et la rendra beaucoup plus moelleuse une fois cuite. Quant à la cannelle, une pincée me semble bien peu, mais tout est question de goût…
 
Versez le tout dans un moule beurré et fariné et mettez au four pendant 40 minutes.
 
J’ai parfois l’impression de me répéter, mais pour ce genre de préparation, pensez aux moules en silicone, ils vous évitent de beurrer votre plat…
 
Selon votre four, faites attention au temps la première fois : un four à chaleur tournante, par exemple demandera 5 minutes de moins. Si vous voyez que votre cake a déjà pris forme très rapidement, baissez une peu le thermostat, sinon, il risque de brûler sur l’extérieur, alors que l’intérieur ne sera pas encore cuit…
 
Je sers ce cake pour le goûter et le petit-déjeuner. Il est fondant et pas sec du tout…
 
 
La recette (en gras) est tirée de Les cakes de Sophie (éditions Minerva, p.104).
 
 
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Biscuits & gâteaux
commenter cet article
19 janvier 2006 4 19 /01 /janvier /2006 11:53
Pour 2 personnes
 
Ingrédients :
-          400g de porc (sans os)
-          ½ boîte de lait de coco
-          2cs de sauce soja
-          1 gousse d’ail
-          ½cc de coriandre en poudre
-          1cc de pâte de curry vert
-          1cc de sauce Worcester
-          1cc jus de citron
-          1cs d’huile d’olive
 
Cette recette n’est pas une de ces recettes à suivre à la lettre. Vous pouvez changer les épices selon vos désirs, ou simplement, selon ce que vous avez dans vos placards…. Le lait de coco se trouve aujourd’hui dans tous les supermarchés. Par contre, je ne suis pas sûre que vous y trouviez la pâte de curry vert. Elle est en tous cas disponible dans n’importe quelle épicerie asiatique (mais comme c’est bientôt le nouvel an chinois, vous aurez peut-être de la chance en grande surface…). Attention : le curry vert n’a rien à voir avec le curry en poudre (orangé, on voit parfois indiqué curry indien) !!!
 
Coupez le porc en morceaux égaux. Réservez. Dans un bol, mélangez la sauce soja, l’ail, la coriandre, la pâte de curry vert, la sauce Worcester, ainsi que le citron. Versez cette préparation sur la viande. Veillez à ce que tous les morceaux soient imbibés. Couvrez et laissez mariner au réfrigérateur au moins 2 heures.
 
Vous n’êtes pas obligés de faire mariner, si jamais vous êtes pris de court un jour, mais les saveurs s’imprégneront davantage de la sorte…
 
Si vous utilisez exactement ces ingrédients, ne salez pas votre préparation : entre la pâte de curry vert, la sauce Worcester et la sauce soja, ce serait trop, car elles sont toutes vraiment salées à la base…
 
Attention également à ne pas trop mettre de citron, pensez bien au fait que le citron cuira légèrement votre viande par son acidité s’il est en trop grande quantité (mettez-le alors à la dernière minute si vous préférez).
 
Faites chauffer l’huile d’olive dans un faitout. À feu vif, saisissez la viande, puis baissez tout de suite le feu. Versez alors votre lait de coco, et laissez mijoter 10-15 minutes à feu très doux.
 
Je sers cette viande avec des pommes de terre à la vapeur, en les nappant du lait de coco imprégné de toutes les saveurs de la cuisson. Pensez également aux pâtes fraîches, cela change du riz que l’on a tendance à toujours servir avec ce type de préparation (ce qui se marie à merveille, il est vrai)…. Je décore mon plat de ciboule fraîche très finement ciselée…
 
 
La recette (en gras) est une recette personnelle. Merci de ne pas la reproduire sur un autre support sans citer votre source…
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Viandes & poissons
commenter cet article
18 janvier 2006 3 18 /01 /janvier /2006 11:36
Pour 6 personnes
 
Ingrédients :
-          300g de crème de marrons à la vanille
-          125g de beurre
-          200g de chocolat dessert
-          1cs de chocolat amer + présentation fin
 
Je sais bien que les fêtes sont passées, mais cela ne veut pas dire qu’elles sont loin… ni que les petites douceurs qu’on s’octroie à cette période doivent y être réservées…. Une petite envie de douceur (c’est toujours l’hiver, non ?), des amis qui viennent pour prendre le café ? Les truffes, c’est tout de même plus chic que des Petits beurres, vous ne trouvez pas ? Et puis, c’est si facile à faire… L’idée de la crème de marrons est extraordinaire, car elle casse complètement l’amertume que l’on peut trouver dans certaines truffes traditionnelles. Nous, on est conquis depuis plus d’un an déjà, à vous de vous faire votre idée…
 
Faites fondre le beurre sur feu doux. Coupez le feu et ajoutez le chocolat cassé en morceaux. Mélangez. Dès qu’il est fondu, ajoutez la crème de marrons et le cacao en poudre. Fouettez pour obtenir un mélange homogène. Entreposez au réfrigérateur pendant 2 heures.
 
Voilà une technique pour faire fondre le beurre et le chocolat qui me plaît particulièrement, car elle respecte les aliments sans commencer à les cuire (comme nous avons déjà pu le voir précédemment). Vous pouvez évidemment toujours faire la même chose au micro-ondes, mais respecter cet ordre de fonte est vraiment une bonne chose à retenir…
 
Façonnez des boulettes en les roulant dans les mains, puis dans le cacao en poudre. Réservez au réfrigérateur et sortez-les 30 minutes avant de les servir.
 
Tout est dit. Faites juste attention si vous augmentez les doses à prendre votre préparation au fur et à mesure, et à laisser le reste au frais, car si cela vous prend trop de temps, la préparation se réchauffe et se ramollie…. Personnellement, je laisse la préparation au frais et je ne fais que ce dont j’ai besoin sur le moment. Si votre préparation est bien protégée, elle pourra rester plusieurs jours au réfrigérateur sans s’abîmer.
 
Je sers ces truffes comme gourmandises, pour agrémenter un café ou une fin de repas…
 
La recette (en gras) est une recette de Julie Andrieu (www.julieandrieu.com)
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Spécial chocolat
commenter cet article
17 janvier 2006 2 17 /01 /janvier /2006 11:31
Pour 4 personnes
 
Préparation : 5 minutes
Cuisson : 15 minutes
 
Ingrédients :
-          8 œufs
-          4 courgettes
-          100g de parmesan râpé
-          50g de beurre
 
 En semaine, nous n’avons pas toujours le temps d’élaborer de bons petits plats mijotés… Voilà une idée simple et rapide pour un repas équilibré, à décliner selon votre goût ou les légumes de saison…
 
Lavez les courgettes, nettoyez-les et blanchissez-les rapidement dans de l’eau peu salée, puis séchez-les et coupez-les en rondelles.
 
Je préfère couper en premier mes courgettes, avant qu’elles soient blanchies. Je trouve ça plus pratique, elles sont encore fermes, et pas brûlantes….
 
Battez les œufs avec le fromage et une pincée de sel, puis versez-les dans un plat à four (ou un plat à tarte) où vous aurez fait fondre le beurre.
 
Pour plus de diététique, j’utilise un moule à tarte en silicone. De cette manière, je ne mets pas de beurre dans le fond du moule (qui finit par s’imprégner à la préparation, qui en devient donc plus grasse…).
 
Pour plus de goût (les courgettes sans matière grasse et une omelette de base, c’est assez fade, même avec du fromage), j’ajoute une pincée de piment d’Espelette, c’est un régal ! À vous de marier les saveurs qui vous plaisent (herbes de Provence, curry….)
 
Disposez ensuite les courgettes par-dessus et mettez au four pendant 15 minutes environ à 200°C. Servez l’omelette très chaude, en la décorant de feuilles de basilic et de persil.
 
Plutôt qu’une décoration comme indiqué, j’opte pour un peu de ciboule très finement hachée : cela décore et rehausse encore un peu le goût….
 
Je sers ce plat pour un dîner léger et équilibré. Idéal également pour faire manger des légumes aux enfants réticents….
 
 
La recette (en gras) est tirée du recueil Les œufs (édition EditProjet, collection, La cuisine geste après geste, p.40).
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Plats principaux
commenter cet article
16 janvier 2006 1 16 /01 /janvier /2006 15:10
Pour 4 personnes
 
Ingrédients :
-          8 belles ailes de poulet (environ 900g)
-          2cc de poivre noir
-          2cc de sel à l’ail
-          2cc d’oignon en poudre
-          Huile d’olive pour la friture
-          ½ tasse de sauce tomate
-          2cs de sauce Worcestershire
-          20g de beurre fondu
-          2cc de sucre
-          Sauce Tabasco
 
Autre que chez votre boucher, vous trouverez très facilement des ailes de poulet en supermarché, vendues en lot (6 ou 8), ou même en caissette. Cette partie du poulet est vendue à un prix très intéressant… Encore une fois, ne vous fiez pas à « 8 belles ailes », achetez en fonction de vos invités, car je peux vous assurer que s’ils aiment ce plat, deux ailes chacun ne leur suffira pas, à moins de ne les servir qu’en entrée !!!
 
Si vous ne trouvez pas de sel à l’ail, remplacez le par du sel fin agrémenté d’ail en poudre (au rayon des épices), cela reviendra au même (voire donnera plus de goût encore)…
 
Laver soigneusement les ailes de poulet et les sécher avec du papier absorbant. Couper les bouts des ailes et les jeter. Ramener les ailes en arrière et les détacher en 2 morceaux.
 
Cette partie de la recette est la plus fastidieuse. Si vous avez acheté vos ailes en supermarché (sous barquette ou caissette), pas besoin de les nettoyer. Si vous le faites quand même, attention à ne pas laisser le papier absorbant trop longtemps, sinon, il collera à la peau du poulet et vous perdrez un temps fou à l’enlever minutieusement !!! Munissez-vous d’un bon couteau pour séparer les parties des ailes, du poulet cru ne se sectionne pas facilement à la main (la peau reste très élastique)…
 
Mélanger le poivre, le sel à l’ail et l’oignon moulu. Enduire à la main chaque aile de poulet de préparation.
 
Plutôt qu’enduire à la main, roulez simplement chaque partie de l’aile dans la préparation, c’est tout de même plus propre…
 
Chauffer l’huile à température moyenne dans un faitout. Cuire les ailes par petites quantités pendant 2 minutes. Les retirer à l’aide d’une écumoire, et égoutter sur du papier absorbant. Mettre les poulets dans un saladier non métallique ou un plat peu profond.
 
Cette opération consiste en fait à précuire les ailes de poulet, afin qu’elles puissent mieux absorber la marinade qui suit. N’utilisez pas une simple poêle pour ça, car l’huile, en plus de la peau du poulet qui cuit éclaboussera trop (il faut qu’il y ait une certaine hauteur de rebord).
 
Je ne suis pas adepte du papier absorbant. Je trouve que ce n’est pas pratique. Je préfère simplement mettre mes ailes de poulet dans une passoire, placée dans l’évier, afin que le surplus d’huile s’égoutte.
 
Dans un bol, mélanger les sauces, le beurre, le sucre et le Tabasco et en napper le poulet. Bien mélanger. Réfrigérer, couvert, pendant plusieurs heures ou une nuit entière.
 
Le mieux est de mettre les ailes de poulet dans un récipient genre Tupperware avec couvercle. Attention à ne pas prendre de Tupperware clair, car la sauce, le teintera à rester plusieurs heures dedans !!!
 
Vous pouvez rallonger la sauce à souhait : ajouter de la sauce tomate essentiellement, si vous doublez les doses, pas besoin de doubler le beurre ou encore le sucre !!! Le Tabasco est à mettre en fonction de votre goût. Sachez juste que plus vous laisserez votre préparation mariner, plus les ailes seront imbibées du goût (et donc du piment si vous mettez plus ou moins de Tabasco) !!!!
 
Cuire les ailes de poulet au barbecue (le préparer et le chauffer environ 1 heure avant la cuisson) ou au gril. Disposer les ailes sur un plaque ou grille préalablement graissée. Cuire 5 minutes environ, en les retournant et en les arrosant de marinade de temps en temps.
 
J’ai essayé la cuisson au barbecue, au gril et même à la poêle. Ce qu’il faut donc savoir : à la poêle, vous en mettrez partout (mais si vous voulez arroser de marinade en cour de cuisson, c’est ce qu’il y a de mieux), au four, c’est le plus pratique et bien moins gras (si vous les mettez sur une grille, et non une plaque), quant au barbecue, c’est pour la saveur, mais il faut beaucoup plus surveiller. Je ne rajoute aucune marinade supplémentaire pendant la cuisson. Par contre, je la garde et la met dans des petits ramequins pour que mes invités puissent tremper leurs ailes dedans…
 
Je sers ces ailes en viande et non en entrée (sinon, les gens ont tendance à en abuser et n’ont plus faim pour la suite). Il m’arrive aussi de les amener pour un barbecue entre amis quand chacun doit amener un petit quelque chose : tout est prêt, il ne reste plus qu’à les mettre sur le gril, cela se transporte facilement (Tupperware fermé), et plaît beaucoup….
 
La recette (en gras) est tirée de Le poulet et ses nouvelles créations, d’Anne Wilson (éditions Könemann, p.31)
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Viandes & poissons
commenter cet article
13 janvier 2006 5 13 /01 /janvier /2006 18:17

Pour 4 à 6 personnes

 Ingrédients :
-          100g de sucre
-          3 œufs
-          50g de farine
-          100g de chocolat
-          110g de beurre
 
Pour bien débuter le week-end, voici une recette gourmande, rapidement faite (mais tout aussi rapidement mangée….).
 
Faire fondre dans un saladier au bain-marie le chocolat avec le beurre. Mélanger le sucre, les œufs et la farine, jusqu’à obtention d’une pâte homogène. Mélanger la préparation au chocolat.
 
Je vous avais dit rapide, je n’avais pas menti…. Pour le beurre et le chocolat, encore une fois, pensez au micro-ondes. Attention à ne pas trop tout faire en même temps. Si le chocolat et le beurre sont trop chauds, ils vont en effet commencer à cuire les autres ingrédients !!!
 
Verser dans des ramequins préalablement beurrés et farinés. Faire cuire à four chaud (210°C / th.7) 15 min.
 
Si vous les faites dans des ramequins, servez-les sans essayer de les démouler, ce serait une catastrophe. Par contre, si vous optez pour des moules individuels en silicone, pas de problème, mais soyez tout de même très vigilants, ce sont des petits gâteaux extrêmement fragiles : ils ont une légère croûte à l’extérieur, et sont fondants à l’intérieur….
 
Selon votre four, la cuisson peut varier, pouvant même atteindre seulement 6 petites minutes… Dès que vous voyez que l’extérieur s’est légèrement durci, c’est que vous pouvez les sortir du four. Vous pouvez également modifier la cuisson si vous désirez que le cœur soit moins fondant : plus vous laisserez (quelques minutes supplémentaires suffisent), plus le centre cuira et donc se solidifiera…. Tout est question de goût… Attention à ne pas trop être gourmand, il faut laisser le temps à l’intérieur du moelleux de refroidir un peu, sinon, gare aux brûlures !!!
 
Je fais ces gâteaux pour un goûter rapide et gourmand…
 
La recette (en gras) est inspirée d’une recette offerte par la farine Francine.
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Spécial chocolat
commenter cet article
12 janvier 2006 4 12 /01 /janvier /2006 18:35
Ingrédients :
-          eau : 240ml
-          sel : 1cc
-          sucre : 2cc
-          beurre : 15g
-          farine de seigle : 50g
-          farine T55 : 350g
-          levure déshydratée : 1cc
-          graines de cumin : 1cs
 
Cette recette est à faire dans une machine à pain. Si vous souhaitez faire votre pain à la main, les ingrédients ne changeront pas, mais je ne saurais vous aider dans la technique précise à adopter (temps de repos de la pâte avant la cuisson, quels ingrédients mettre à quel moment…). La machine à pain vous facilite en effet le travail, car vous n’avez qu’à y déposer vos ingrédients et patienter que tout se fasse (il faut compter plusieurs heures, ne soyez donc pas trop pressés).
 
Placez la pâle dans le fond de la cuve. Mesurez tous les ingrédients avec précision et placez-les dans la cuve dans l’ordre préconisé par le constructeur. Sélectionnez le programme choisi. Pour les graines de cumin, vous pouvez au choix les ajouter au bip ou les mettre dans la cuve dès le départ.
 
À part les recettes que vous pouvez avoir à l’achat de votre machine à pain, ne comptez pas sur les autres pour vous donner la marche exacte à suivre. Chaque machine a des programmes différents, même si la marque est identique. Là, la recette vous parle du bip, pour le cumin. Ma machine fait en effet un bip, mais dans la notice, il est bien spécifié de ne pas y faire attention, et que le constructeur recommande de mettre tous les ingrédients dès le départ…
 
Pour ce qui est du programme, je choisi toujours le programme qui correspond à la recette du pain de base (dans le fascicule qui m’a été fourni avec la machine), le pain blanc. Le programme dure 3h40, tout compris (pétrissage, repos, puis cuisson). Il doit en être quasiment de même pour la majeure partie des machines à pain. Je me permets de vous déconseiller les « cuissons rapides ». 58 minutes pour faire un pain ne me paraissent vraiment pas assez, il faut laisser le temps à la levure de lever et aux ingrédients de bien s’imprégner.
 
Ce pain fera merveille avec un tajine, mais aussi avec des fromages forts.
 
Pour ce qui est d’un tajine, je suis tout à fait d’accord (comme pour tout autre plat relevé). Ce pain fait beaucoup penser aux saveurs indiennes, par exemple…. Mais il sera aussi parfait pour accompagner n’importe quel repas quotidien, histoire de donner une note plus originale qu’à l’ordinaire… Par contre, pour ce qui est de l’associer avec des fromages forts, je n’approuve pas du tout. Je trouve qu’un fromage fort enlève l’originalité du pain. On n’en sent en effet plus vraiment le goût, puisque le fromage prend le dessus. Mais avec un fromage frais, c’est extra, car il donne le goût « manquant » au fromage…
 
 
La recette (en gras) est tirée du recueil Machine à pain 100 recettes (Romain Pages Éditions), p.33.
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Pain & viennoiseries
commenter cet article
11 janvier 2006 3 11 /01 /janvier /2006 16:13
Préparation : 10 mn
Cuisson : 20-30mn

Ingrédients (pour 6 à 8 personnes) :
-          500g de crème de marrons vanillée
-          100g de chocolat noir dessert
-          3 œufs
-          100g de beurre + 10g pour le moule

Voilà aujourd’hui une idée de dessert très facile à faire, et qui ne nécessite (pour une fois) que peu de commentaires…

Préchauffer le four à thermostat 5 (150°C).
Faire fondre le chocolat au bain-marie avec le beurre.
Lisser le mélange.
 
Je sais que les puristes diront que ce n’est pas pareil, mais personnellement, nous avons aujourd’hui un outil qui nous facilite la tâche, tant dans le temps (quoique ici, ça revienne quasiment au même) que côté vaisselle (il est plus simple de laver un bol ou autre réceptacle genre Tuperware qu’une casserole, surtout si vous laissez du chocolat et qu’il sèche…) : j’ai bien évidemment nommé, une fois de plus, Monsieur micro-ondes !!! Sachez juste qu’il n’est pas nécessaire d’attendre que le chocolat soit complètement fondu, car le beurre chaud terminera le travail, en mélangeant simplement les deux ingrédients (sinon, ils peuvent commencer à cuire…).

Ajouter à la crème de marron en fouettant.
Battre les oeufs entiers, et incorporer progressivement au mélange en remuant très vivement pour obtenir une préparation homogène.
 
Quand je vous dis que c’est simple, je ne mens pas…. Vous avez déjà fini !!!

Verser dans un moule à gâteau beurré et fariné.
 
Là, vous avez le choix, tant dans la forme que dans la matière. Le silicone vous évite, encore une fois, de beurrer et de fariner votre moule. Je le conseille d’ailleurs pour cette recette, car au final, c’est un gâteau assez souple, donc il ne faut en aucun cas qu’il accroche, si vous voulez qu’il soit présentable…

Cuire entre 20 et 30 minutes (toujours à 150°C) : à chacun de calibrer sa cuisson...
 
La cuisson est à calibrer pour deux raisons : en fonction de votre four, comme nous l’avons déjà vu, mais également en fonction du résultat souhaité. Il ne s’agit en effet pas ici d’un gâteau, mais d’un fondant (vous avez remarqué, j’espère, qu’il n’y a pas de farine) : plus vous le laisserez, plus le résultat sera homogène, moins vous le laisserez, plus le cœur sera moelleux… Tout est question de goût et d’envie….
 
J’ai servi ce dessert à Noël, après un repas plus copieux qu’à l’ordinaire. Une petite tranche suffit et donne la petite note sucrée de la fin de repas. Mais attention, c’est un dessert assez écoeurant si vous êtes trop gourmands, ne comptez pas sur vos invités pour le finir en une seule fois…. Pour alléger (en goût et fraîcheur, pas en calories !!!) votre dessert, pensez à l’agrémenter d’une crème anglaise (faite maison, ou en brique dans tous les supermarchés).
 
La recette (en gras) est tirée du site www.marmiton.org : Fondant à la crème de marrons et au chocolat.
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Spécial chocolat
commenter cet article