Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mars 2006 3 01 /03 /mars /2006 10:54
Pour 6 personnes
 
Ingrédients :
-          500g de bœuf haché
-          2 tranches de jambon blanc
-          5 poireaux
-          2 oignons
-          2cs d’huile
-          4cs de moutarde à l’ancienne
-          15cl de crème liquide
-          50g de beurre
-          200g d’emmenthal râpé
-          Sel, poivre
 
Moi qui vous disais hier que j’aimais faire mon propre menu, je me contredis aujourd’hui avec un plat complet. Il s’agit d’un gratin, parfait pour les temps froids que nous avons cet hiver….
 
1/ Préchauffez le four à 240°C (th.8). Découpez le jambon et les poireaux en lamelles. Émincez les oignons. Dans une casserole, saisissez les poireaux dans le beurre fondu. Ajoutez le jambon et laissez mijoter ¼ d’heure en remuant souvent.
 
Pour une fois, je trouve qu’allumer son four dès le départ est une erreur. Certes il sera bien chaud au moment voulu, mais qu’elle perte d’énergie !!!! Mettez-le à chauffer à l’étape suivante, ce sera amplement suffisant !
 
Pour ma part, je coupe bien les poireaux en lamelles, mais, extrêmement finement, un peu comme si je faisais une julienne, alors que le jambon, j’en fais de grosse lamelles, afin qu’il ne soit pas racorni en fin de cuisson…
 
Ce n’est pas spécifié dans la recette, mais utilisez évidemment uniquement les blancs de vos poireaux… Ne jetez pas le vert, pensez à faire une soupe avec le lendemain (si le temps ne change pas, ce sera idéal)….
 
2/ Faites chauffer l’huile dans une sauteuse, mettez les oignons à revenir. Ajoutez la viande hachée, salez, poivrez, mélangez et laissez cuire 10 minutes à feu doux.
 
Pour plus de saveur, mettez de l’huile d’olive, et pour plus de diététique, pensez à réduire de moitié sa quantité, car une fois que vos oignons sont revenus, la viande n’a pas spécialement besoin de plus de matière grasse qu’elle n’en contient déjà naturellement (surtout si vous avez une sauteuse ou poêle anti-adhésive)…
 
3/ Versez ensuite la moutarde et la moitié de la crème liquide dans la sauteuse, mélangez et versez dans un plat à gratin. Couvrez avec les poireaux au jambon. Dans un saladier, mélangez le reste de crème avec l’emmenthal râpé. Versez sur le plat. Passez au four 20 minutes jusqu’à ce qu’une belle croûte dorée recouvre le gratin. Servez très chaud.
 
Et voilà votre gratin déjà prêt, vous voyez, ce n’est pas sorcier, et je peux vous assurer que c’est un vrai régal, et que faire manger des légumes aux réticents devient bien plus facile !!!
 
Je sers ce gratin en plat complet pour un repas copieux, mais équilibré. Parfait pour l’hiver !
 
La recette (en gras) est tirée d’une fiche offerte par la marque Maille.
 
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Plats principaux
commenter cet article
28 février 2006 2 28 /02 /février /2006 22:58
Préparation : 15 minutes
Cuisson 12 minutes
Pour 6 personnes
 
Ingrédients :
-          6 tranches de porc, d’environ 200g chacune
-          3 cs de farine
-          ½ cc de poivre noir moulu
-          ½ tasse d’huile
-          1 oignon moyen, finement haché
-          ¾ de tasse de jus d’orange
-          1 cube de bouillon de poule, émietté
-          1cc de sauce soja
-          2cc de moutarde
-          1cc de Maïzena
-          1/3 de tasse de crème fraîche
 
Je suis souvent à la recherche de menus à concocter moi-même, et non pas avec un plat central (bien que cela soit également appréciable). Voilà aujourd’hui une variante de viande à la crème, avec une petite touche d’acidité fort agréable… À vous de tester…
 
1/ Mélanger la farine et le poivre sur une feuille de papier sulfurisé. Enrober la viande de farine et en secouer l’excédent.
 
La recette est donnée pour 6 personnes, ce qui est déjà par mal, mais sachez que pour un nombre inférieur, il ne vous est pas nécessaire de diminuer d’autres ingrédients que la viande. Vous risqueriez de déséquilibrer la sauce…. Vous en aurez juste un peu plus, de quoi agrémenter votre accompagnement, par exemple…
 
2/ Faire chauffer 2cs d’huile dans une poêle et ajouter la viande. Cuire 2 à 3 minutes sur chaque face à feu moyen, jusqu’à ce que la viande soit tendre. Retirer et déposer sur du papier absorbant.
 
Personnellement, je n’utilise ni papier sulfurisé, ni papier absorbant pour ce genre de recette… Pour la farine, prenez simplement une assiette. Quant au papier absorbant, je vous en ai déjà parlé, et je préfère une simple passoire pour laisser l’excédent d’huile retomber (s’il y en a), plutôt que d’avoir un papier qui se sera complètement coller à la viande !!!!
 
3/ Faire chauffer le reste de l’huile dans la poêle. Ajouter l’oignon, remuer pendant 3 minutes à feu moyen. Mouiller avec la moitié du jus, le cube de consommé, la sauce et la moutarde, en mélangeant bien. Délayer la Maïzena avec le reste du jus jusqu’à obtention d’un mélange homogène ; verser dans la poêle. Remuer à petit feu et laissez tiédir. Incorporer la crème fraîche, ajouter la viande et réchauffer.
 
Tout cela peut sembler compliquer, mais le tout est de bien s’organiser. Préparez tout AVANT de commencer, quand votre viande cuit, par exemple, car une fois que le processus est lancé, cela va très vite. Je vous conseille fortement de mélanger dans un autre récipient le jus, le cube, la sauce et la moutarde, plutôt que directement dans la poêle. Cela se répartira mieux ensuite…
 
Cette recette est en fait très simple à faire, une fois que vous vous êtes organisés. Je l’accompagne de pâtes fraîches, simplement agrémentées de l’excédent de crème. C’est une viande parfaite pour un repas quotidien comme pour recevoir des invités…
 
La recette (en gras), est tirée de Les bons plats – viandes succulentes, d’Anne Wilson (éditions Könemann, p.31).
 
 
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Viandes & poissons
commenter cet article
27 février 2006 1 27 /02 /février /2006 11:22
Voilà trois semaines que je ne vous avais pas écrit de recettes, mais je n’étais pas fautive. J’avais en effet des problèmes d’Internet…. La dernière fois que j’y ai eu accès, c’était le 1er février… Pour le 2, la Chandeleur, je vous avais préparé un gâteau de crêpes… Mais bon, la Chandeleur n’est qu’une occasion supplémentaire de manger des crêpes, ce n’est pas un jour exclusif….
 
Ingrédients :
            (pâte à crêpe)
-          250g de farine
-          ½ litre de lait
-          4 œufs
-          1cs de sucre (ou sucre vanillé)
-          50g de beurre fondu
-          1 pincée de sel
-          Rhum, fleur d’oranger…. (option)
 
(garniture)
-          200g de chocolat pâtissier
-          1 boîte de poires au sirop
-          10cl de crème fluide
-          Sucre en poudre
-          Cannelle
-          Fruits frais pour la décoration
 
Préparez votre pâte à crêpes, laissez-la reposer, puis préparez une douzaine de crêpes.
 
Si vous êtes pressés, il existe aujourd’hui des crêpes toutes faites dont le goût s’approche de celles faites à la maison. C’est vrai qu’on les trouve essentiellement au moment de la Chandeleur, mais si vous cherchez bien, elles sont toujours présentes, juste moins mises en valeur. Mais rien ne vaut une bonne crêpe faite maison tout de même….
 
Pensez à laisser refroidir vos crêpes avant d’entreprendre le gâteau en lui-même, ou du moins tiédir, car si elles sont trop chaudes, vous n’arriverez à rien : la crêpe sera fragile, le chocolat et les poires vont cuire…
 
Coupez vos poires en petits morceaux réguliers. Faites fondre le chocolat avec la crème. Mélangez du sucre en poudre avec un peu de cannelle.
 
Vous avez donc en face de vous trois récipients contenant vos différentes garnitures. Vous pouvez maintenant commencer réellement votre gâteau.
 
Pliez vos crêpes en deux. Posez une première crêpe dans un plat. Mettez dessus une couche de chocolat fondu, puis parsemez de poires. Recouvrez d’une deuxième crêpe. Saupoudrez de sucre à la cannelle. Mettez une troisième crêpe et recommencez en alternant chocolat/poires et sucre/cannelle. À la dernière crêpe, nappez l’intégralité du gâteau (dessus et côté) du reste de chocolat fondu. Décorez avec des fruits frais et servez tiède.
 
Je vous recommande de plier vos crêpes afin de les solidifier, car il y a tout de même une certaine hauteur, et la garniture pourrait s’imprégner un peu et la crêpe se déchirer…
 
Le fait d’alterner poires/chocolat et sucre/cannelle, allège le gâteau en teneur en chocolat. De plus, si vous laissez bien tiédir ou refroidir vos crêpes, le sucre restera croquant, ce qui procure un mélange de textures très agréable. Si vous n’aimez pas la cannelle, mettez simplement du sucre, mais ce mélange est délicieux.
 
Mettre des fruits frais sur le dessus décore, bien évidemment, mais également rafraîchit, car même si l’on est très friand de chocolat, cela reste très sucré, et les fruits frais cassent ce goût sucré…
 
Je fais ce dessert pour des occasions comme la Chandeleur ou un anniversaire d’enfant. Il est très apprécié de tous et se conserve bien au réfrigérateur jusqu’à 48 heures….
 
La recette (en gras) est inspirée de toutes les recettes actuelles de gâteau aux crêpes….
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Spécial chocolat
commenter cet article
1 février 2006 3 01 /02 /février /2006 10:51
Ingrédients :
-          ½ chou blanc
-          500g de lard coupé en gros morceaux
-          1 oignon émincé
-          Beurre
-          Laurier, thym
-          Sel, poivre
 
Aujourd’hui, je vous propose de quoi tenir par le froid qui va revenir en fin de semaine, d’après les météorologues….
 
1/ Coupez votre chou, en en ôtant le trognon, ainsi que les feuilles abîmées sur le tour. Le faire blanchir dans une grande cocotte d’eau, au moins 15 minutes. Quand il est suffisamment blanchi, égouttez-le dans une passoire et réservez.
 
Je vous ai déjà parlé du chou il y a peu de temps, mais c’est normal, car c’est un légume de saison, alors il faut en profiter. Pensez surtout à ne pas couvrir quand vous blanchissez votre chou, sinon le soufre ne s’évacuera pas bien, et surtout, ne négligez pas cette étape par flemme, c’est la garantie d’une bonne digestion (et puis, vous pouvez faire autre chose pendant ce temps…).
 
2/ Faites revenir votre oignon dans le beurre, puis saisir le lard avec.
 
Si vous avez une grande tablée, ou que vous êtes friands de charcuterie, vous pouvez ajouter des saucisses…
 
3/ Hachez grossièrement le chou et incorporez-le à la viande. Assaisonnez selon cotre goût. Remplir d'eau 1/5 de la préparation. Laissez mijoter à feu très doux ½ heure.
 
Il faut savoir que c’est un plat que l’on laisse mijoter… Donc plus vous le laisserez, plus il sera savoureux. Le mieux est d’en faire plus que prévu, pour pouvoir le réchauffer le lendemain.
 
Attention à ne pas mettre trop de sel, pensez au lard qui est souvent fumé…
 
Vous pouvez également ajouter des pommes de terre à votre préparation, cela se marie parfaitement…
 
Je sers ce plat en hiver pour se réchauffer et prendre des forces…
 
La recette (en gras) est plutôt traditionnelle, elle m’a été livrée sous les bons conseils de ma tante…
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Plats principaux
commenter cet article
31 janvier 2006 2 31 /01 /janvier /2006 12:01
Pour 6 personnes
 
Ingrédients :
-          1 rouleau de pâte feuilletée
-          1kg de poireaux
-          25cl de crème fraîche
-          200g de lard fumé
-          10cl de lait
-          60g de comté
-          4 œufs
-          40g de beurre
-          Sel, poivre
 
Après vous avoir quelque peu abandonnés hier, me revoilà en ce début de semaine, avec une recette simple, économique, et idéale pour l’hiver…
 
Retirer la partie verte des poireaux, les laver et les couper en rondelles de 1/2cm.
 
Afin d’avoir toujours des ingrédients sous la main, pensez aux surgelés, vous avez ainsi un certain nombre de légumes de disponible, et ils sont souvent déjà préparés (les poireaux, par exemple, sont coupés, et sans le vert, qui à part pour la soupe, ne sert pas à grand-chose…)
 
Dans une sauteuse, faire fondre une noisette de beurre, y faire revenir le lard coupé en dés. Le réserver.
 
Faire fondre du lard dans du beurre n’est pas très diététique. Le gras du lard est amplement suffisant et permet à la viande de ne pas accrocher, même si vous n’avez pas de poêle anti-adhésive.
 
Faire fondre le restant de beurre dans une sauteuse, mettre les poireaux, saler, poivrer, et laisser étuver 30 minutes sur feu doux.
 
Si vous utilisez des poireaux surgelés, avec cette méthode, ils seront croquant (mais pas très agréablement). Le mieux est encore de les faire à la vapeur : pas de beurre, pas de surveillance, et bien moins de temps !!!
 
Préchauffer le four à 200°C. Dérouler la pâte et foncer un moule à tarte. Disposer sur la pâte les lardons et les poireaux mélangés.
Dans un bol, battre les œufs, la crème et le lait, poivrer, puis ajouter le fromage râpé. Verser ce mélange sur la tarte et enfourner 25 à 30 minutes. Servir très chaud.
 
Je sers ce plat quand je n’ai plus grand-chose au frais (j’utilise, comme vous avez pu le comprendre, des poireaux surgelés). Cela fait un repas complet, parfait pour l’hiver…
 
La recette (en gras), est tirée de la revue Maxi cuisine N°2 (Automne 2000, p.51).
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Plats principaux
commenter cet article
27 janvier 2006 5 27 /01 /janvier /2006 13:12
Pour 4 personnes
Préparation : 20 minutes
Cuisson : 1h30
 
Ingrédients :
-          800g d’épaule d’agneau ou de souris coupée en cubes
-          250g d’oignons hachés + ail haché
-          1 grosse cuillère de miel liquide
-          Jus d’1 citron
-          Huile d’olive
-          Olives vertes dénoyautées
-          Graines + feuilles de coriandre
-          Gingembre poudre
-          Sel, poivre
-          Fonds d’artichauts très tendres
 
Je vous propose aujourd’hui un petit voyage culinaire… Destination l’Afrique du nord…. La particularité du tajine, et que ce plat traditionnel porte le même nom que le plat (contenant) dans lequel il est fait… Cette préparation n’est pas compliquée du tout, il suffit de vous armer d’un peu de patience, et, à défaut d’un plat à tajine en terre cuite, d’une bonne cocotte (en fonte, c’est l’idéal).
 
Mettre les morceaux à revenir dans l’huile d’olive, puis égoutter et réserver. À leur place mettre les oignons et l’ail à fondre avec le jus de citron.
 
Avant de commencer, il faut bien que tous vos ingrédients soient prêts, dans leur intégralité (viande coupée, oignons hachés…), car une fois que vous commencez, vous n’avez plus de temps à perdre avec ces découpes, surtout au début de la préparation, où il s’agit de cuisson à feu vif…
 
Dans un gros bol, mélanger le miel, jus de citron, coriandre en poudre et fraîche, gingembre et eau chaude pour compléter jusqu’au bord.
 
Si vous n’avez pas de miel liquide sous la main, pensez simplement à mettre votre pot 30 secondes au micro-ondes, vous verrez, votre miel deviendra parfait pour cette recette…
 
Remettre la viande et mouiller avec cette préparation, sel, poivre, et laisser mijoter 30 minutes. Ajouter les olives ébouillantées et cuire à feu très doux 1 heure. 10 minutes avant de servir, ajouter les artichauts.
 
Une fois que votre viande mijote, vous avez tout le temps pour préparer la suite de votre repas, c’est ce qu’il y a de génial dans ces recettes : vous avez le temps, votre four est libre (si vous avez un gâteau pour le dessert, par exemple), et vous n’avez qu’à surveiller très légèrement, du coin de l’œil (essentiellement voir si vous n’avez pas besoin de rajouter vers la fin un peu d’eau…) !!!
 
Servir avec un riz parfumé ou du boulgour.
 
Je sers ce plat pour un repas de fête, car il faut avouer que nous n’avons pas tous les jours autant de temps à passer en cuisine.
 
La recette (en gras) est tirée du site www.marmiton.org
 
 
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Plats principaux
commenter cet article
26 janvier 2006 4 26 /01 /janvier /2006 13:33
Pour 2 personnes
Préparation et cuisson : 5 minutes
 
Ingrédients :
-          3 feuilles de brick
-          1 pomme
-          1cc de sucre en poudre
-          Cannelle
-          2 boules de glace à la vanille
-          Coulis de fruit
-          Huile pour friture
 
Aujourd’hui, je vous propose une idée de dessert qui sort de l’ordinaire, et qui pourtant ne nécessite aucun savoir faire particulier. Cette recette est encore une fois déclinable selon vos désirs. Je l’ai faite pour finir un paquet de feuilles de brick qui me restait, et ce sont des pommes que j’avais sous la main…
 
Préparez vos feuilles de brick. Solidifiez le centre de chacune avec la moitié d’une autre.
 
Il est préférable de solidifier le centre (qui sera alors le fond) de vos feuilles, car sinon, elles risquent de se déchirer à la fin, ce serait dommage. ¼ de feuille suffit pour solidifier, mais si ça ne tombe pas juste, ½ fait parfaitement l’affaire…
 
Pelez votre pomme. La couper en deux. L’épépiner. Coupez-la encore une fois dans la longueur, et faites des petites lamelles (dans la largeur, cette fois).
Placez ½ pomme au centre de chaque feuille de brick. Saupoudrez de cannelle selon votre goût, et d’1/2cc de sucre en poudre.
Repliez la feuille sur le centre pour en faire un carré. Faites frire en commençant par le côté qui ferme la brick, afin de la « souder ». La feuille de brick doit être dorée.
 
Après la cuisson, votre pomme sera mi-cuite. Si vous désirez qu’elle soit complètement suite, précuisez-la avant de la mettre sur votre feuille de brick.
 
Je sers ce dessert avec une boule de glace dessus, et un peu de coulis de fruit pour décorer. Un mélange de chaud et de froid, ainsi que de textures qui change. Un dessert à servir après un repas léger…
 
 
La recette (en gras) est inspirée des recettes que l’on peut trouver au dos des emballages de feuilles de brick…
 
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Desserts & douceurs
commenter cet article
25 janvier 2006 3 25 /01 /janvier /2006 20:49
Préparation : 10 minutes
Pour 4 personnes
 
Ingrédients :
-          2 avocats
-          ¼ de pot de féta
-          1 trait de jus de citron
-          100g de dés de saumon fumé
-          100g de râpé de la mer (surimi râpé)
-          Aneth (déco)
 
Dans la même lignée que l’entrée que je vous ai proposée hier, cette recette est très simple, et surtout visuelle. Toujours présentée dans des coupes transparentes ou des verres pour que les couches superposées soient visibles.
 
Première couche : disposer au fond du verre le râpé de la mer.
Seconde couche : mixer les avocats avec la féta jusqu’à obtenir une consistance crémeuse, puis y ajouter le citron. Répartir cette préparation dans le verre.
 
Le souci dans ce genre de recette, c’est qu’on vous parle d’1/4 de pot de féta, mais sans réelle proportion. Je me suis basée sur les barquettes, et ça a été. Si vous aimez le fromage, n’hésitez pas à en mettre davantage, car le goût de l’avocat reste vraiment très prononcé.
 
Attention quand vous mettez la deuxième couche (et non seconde, au passage, puisqu’il y en a une troisième…), car le surimi râpé a tendance à adhérer à la cuillère, et que le but, et tout de même que votre préparation soit visuellement réussie…
 
Dernière couche : disposer les dés de saumon fumé, puis une petite tranche d’aneth.
 
Les dés de saumon coûtent très cher. Je prends du saumon en tranches, en essayant qu’elles soient assez épaisses, et je les coupe moi-même, cela vous prendra à peine 2 petites minutes de plus…
 
Réserver au frais jusqu’au moment de servir.
 
Là, je dis attention… Contrairement à la recette d’hier, le saumon se trouve au-dessus de la préparation, et non au-dessous. Le froid du réfrigérateur va donc commencer de le sécher légèrement s’il n’est pas protégé (il va foncer). Veillez donc à ne pas le laisser trop longtemps…
 
Je sers cette entrée comme la précédente, à la différence que l’avocat est plus bourratif… Un très joli effet visuel pour vos repas de fêtes…
 
La recette (en gras) est tirée du site www.marmiton.org
 
 
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Entrées
commenter cet article
24 janvier 2006 2 24 /01 /janvier /2006 12:52
Pour 6 personnes
Préparation : 10 minutes
 
Ingrédients :
-          12 tranches de saumon fumé
-          6 petits fromages de chèvre frais
-          ½ concombre
-          6cs d’huile d’olive
-          1/2cs de baies roses concassées
-          4 tiges de basilic
-          6cc d’œufs de saumon
-          Fleur de sel
-          Poivre du moulin
 
Aujourd’hui, j’ai décidé de vous faire part d’une recette à la fois extrêmement simple (aucune préparation réelle), et très raffinée… De quoi ébahir vos invités en toute simplicité.
 
1/ Lavez et séchez le concombre. Coupez-le en petits bâtonnets. Coupez les fromages de chèvre en deux dans l’épaisseur. Taillez les tranches de saumon fumé en deux.
 
Pour le concombre, vous n’êtes pas obligés de faire des petits bâtonnés. Quand il faut faire cette entrée pour peu de personnes, vous pouvez opter pour des tagliatelles de concombre, c’est d’un très bel effet. Il vous suffit de couper votre concombre en deux, puis de faire des fines lamelles dans la longueur à l’aide d’un couteau économe…
 
2/ Répartissez le saumon en corolle dans six coupelles. Garnissez le centre des coupelles de concombre et de chèvre frais.
 
Il s’agit en fait de présenter votre salade en différentes couches. Choisissez bien des coupelles transparentes, car le visuel est très important dans cette entrée. Vous pouvez également choisir de la faire dans des verres, c’est très tendance en ce moment, mais ils doivent être assez larges (coupes à champagne par exemple)…
 
Pour ce qui est du chèvre frais, je trouve ça plus joli et plus agréable à manger s’il est émietté, plutôt que simplement coupé en deux.
 
3/ Salez, poivrez, arrosez d’huile d’olive et parsemez de baies roses. Ajoutez les œufs de saumon, décorez de feuilles de basilic et servez immédiatement avec des minis blinis tièdes.
 
À défaut d’œufs de saumon, des œufs de lumpes feront parfaitement l’affaire (rouges de préférence, pour le côté esthétique).
 
Si le saumon est bien recouvert, vous pouvez les garder un peu au réfrigérateur, le temps de prendre l’apéritif, par exemple, histoire de ne pas être en cuisine quand vos invités savoureront ce que vous leur aurez préparé pour l’apéro….
 
Je sers cette salade en entrée quand je fais un plat copieux pour la suite du repas, car elle est fraîche et légère, tout en étant raffinée, ce qui permet à vos invités de manger également la suite avec plaisir…
 
 
La recette (en gras) est tirée de Cuisine d’été (éditions Clorophyl, p.79)
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Entrées
commenter cet article
23 janvier 2006 1 23 /01 /janvier /2006 13:43
Pour 6 à 8 personnes
Préparation : 30 minutes
Cuisson : 55 minutes à 1 heure
 
Ingrédients :
Pour la garniture :
-          5 œufs
-          500g de chou blanc
-          400g de filets de merlan
-          1 bouquet d’aneth
-          1 gousse d’ail
-          1 blanc de poireau
-          15cl de crème fraîche
-          Sel, poivre
 
Pour la pâte :
-          500g de pâte feuilletée surgelée ou réfrigérée
-          Farine pour le plan de travail
-          Beurre pour la plaque
-          1 œuf pour dorer
 
Après un week-end reposant, j’attaque la semaine avec une recette un peu plus élaborée… Il faut prévoir du temps, de la place, et ne pas avoir peur de faire plusieurs choses à la fois…
 
1/ Faire cuire les œufs 10 minutes à l’eau bouillante salée. Passez-les sous l’eau froide, écalez-les et hachez-les grossièrement.
 
Comme je vous l’ai déjà dit, pensez à bien lire l’intégralité de votre recette avant de débuter, et ce, surtout si la recette est longue. En effet, si vous faites point par point, ce ne sera pas 30 minutes, mais 1h30 que vous mettrez à la réaliser…
 
2/ Retirez le trognon et les feuilles abîmées du chou. Coupez-le en quartiers et lavez-le. Faites-le blanchir 15 minutes à l’eau bouillante.
 
Vous pouvez en effet faire bouillir vos œufs en même temps que votre chou blanchit, car c’est en fait ce qu’il y a de plus long dans la préparation. Et pendant ce temps, vous vous attaquez au reste…
 
Si vous n’avez pas de couteau adéquat, pensez à avoir un gros bras à vos côtés pour couper le trognon du chou, puis le couper en quartier… Personnellement, j’ai du mal à le faire moi-même, à moins de mettre un temps fou….
 
3/ Égouttez-le dans une passoire. Laissez-le refroidir avant de bien le presser avec les mains afin d’en retirer le maximum d’eau. Hachez-le grossièrement.
 
À tous les réticents du chou pour cause de mauvaise digestion, sachez que le fait de le blanchir avant sa réelle cuisson la facilite. C’est en effet de cette manière que les composés soufrés du légume vont s’évaporer : ils sont la cause de notre mauvaise digestion, ainsi que de l’odeur qui se répand lors de sa cuisson… (Au passage, grâce à ses nombreuses fibres, il facilite notre transit intestinal, alors pourquoi une telle réputation ???)
 
4/ Émincez les filets de merlan. Lavez, épongez et hachez l’aneth. Épluchez et écrasez l’ail. Coupez le blanc de poireau en fines rondelles.
 
Si vous trouvez le merlan trop cher, n’importe quel filet fera l’affaire, car il se fond dans les autres ingrédients, et n’est donc pas reconnaissable réellement.
 
Plutôt que de l’émincer, je choisis de le passer au hachoir. De cette manière, il se mêle davantage. J’aime bien dans ce genre de préparation (comme pour les samossas par exemple), que les ingrédients ne fassent plus qu’un…
 
5/ Mettez tous ces ingrédients dans un saladier, ajouter la crème. Salez et poivrez, puis mélangez délicatement.
 
Le mieux est de faire ces deux étapes pendant que votre chou blanchit…
 
6/ Sur un plan de travail fariné, étalez la pâte au rouleau en une plaque de 30x40cm.
 
Là, j’avoue ne pas comprendre cette méthode… Puisque vous avez une pâte toute faite, pourquoi vous embêter à en modifier l’aspect ? Votre chausson sera circulaire au lieu de carré, ce qui est bien plus joli je trouve…
 
7/ Disposez la garniture sur une moitié de la pâte en laissant tout autour un bord libre de 1 centimètre. Enduisez le pourtour de la pâte avec un peu d’eau.
 
Il en est de même pour deux ingrédients à supprimer, selon moi : la farine pour le plan de travail et le beurre pour la plaque. Les pâtes toutes faites sont en effet vendues avec un papier sulfurisé. Gardez-la dessus pour la cuisson, tout simplement…
 
8/ Repliez la pâte non garnie par-dessus la farce. Soudez les bords en appuyant très légèrement avec les dents d’une fourchette.
 
Les pâtes toutes faites sont vendues par rouleau de 230 à 250 grammes. Il vous en faut donc 2 pour votre chausson. Placez en une sur votre plaque. Mettez la garniture sur la totalité (sauf 1cm sur les bords). Recouvrez de votre seconde pâte et fermez comme indiqué…
 
Si vous souhaitez faire votre chausson pour moins de personnes, divisez vos ingrédients… Si vous n’avez besoin que d’une pâte, vous aurez alors un chausson en demi-cercle, en ne mettant la garniture que sur une moitié, et en rabattant l’autre côté dessus…. Un très joli effet garanti…
 
9/ Posez le chausson sur la plaque du four beurrée. Dorez-le à l’œuf battu avec un peu d’eau.
 
À défaut d’œuf (on ne sait jamais), ne paniquez pas, pensez à mettre très légèrement de la margarine dessus, cela dorera tout aussi bien, et cela n’est pas plus compliqué…
 
10/ Faites cuire au four (210°, th.7) 25 minutes. Baissez la température à 150°, th.5 et poursuivez la cuisson 30 à 35 minutes. Le chausson doit être doré.
 
Attention, lorsque vous lisez ce genre d’indications de cuisson, il faut davantage surveiller votre chausson que de s’en tenir aux indications… La seule indication à bien garder en mémoire, c’est que votre chausson doit être doré… Si votre four est en effet aussi puissant que le mien, un total d’une quarantaine de minutes suffiront, ce qui n’a rien à voir avec les 55 / 60 minutes estimées…
 
11/ Servez chaud accompagné d’une salade de choux cru et de carottes râpées.
 
C’est en effet un régal pour les yeux comme pour les papilles… Mélanges de saveurs et de couleurs, de cru et de cuit… Pour une note plus originale, faites une vinaigrette avec du vinaigre de riz pour le chou, vous retrouverez alors une petite note asiatique salée-sucrée très douce… Pensez par contre bien à faire mariner vos crudités avant de servir, que la vinaigrette ait bien eue le temps de s’imprégner…
 
Je sers ce plat pour un repas hivernal et convivial, accompagné de crudités, comme proposé dans la recette.
 
 
 
La recette (en gras) est tirée du classeur Gourmandises familiales (tartes salées et pâtés en croûte, fiche 13).
 
Repost 0
Published by Violette GRIMBERT - dans Plats principaux
commenter cet article